Partagez | .
 

 Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle Davidson
avatar
Messages : 50
Points : 63
Date d'inscription : 20/07/2014
Localisation : Je fume, tu vois pas ?
Feuille de personnage:
MessageSujet: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Jeu 7 Aoû - 16:19

C'était une belle journée qui s'offrait au jeune homme. Il sortait de sa chambre, lavé et rassasié. Son sweat orange sur les épaules, son vieux jogging de la même couleur et des chaussures présentables pour une fois. Ce n'était pas les grosses bottes qui faisaient trembler la terre à chacun de ses pas de fourmis. Celles qu'il portait semblaient plus élégantes, bien mieux habillées, d'un beauté rayonnante avec ce soleil et le reste de ses habits. Le repos, pour lui, c'était comme un trésor pour un pirate. Il savait où le trouver, mais ce n'était pas simple de le découvrir. C'était aussi rare et précieux qu'un millier de pièces d'or. Il serait sûrement capable d'échanger ce pactole volé à un galion contre deux jours de sommeil consécutif. La flemmardise était une peste qui ne ravageait rien et auquel peu de gens avait un remède. Mais il ne fallait pas croire ces illusions perfides, c'était un bosseur près à faire ce qu'il fallait pour que le roi de ce bâtiment accepte de passer l'épée sur ses épaules. Mais voilà, aujourd'hui il n'avait rien à faire. Il avait travaillé toute la semaine, comme un titan créant les montagnes et les océans, pour que le parc ressemble à un endroit merveilleux. On lui avait accordé l'un de ces jours qui ressemblaient le plus au paradis pour lui. Il ouvrit la grande porte menant à l'accueil. La lumières que le soleil faisait irradier sur le chemin menant à la sortie sembla aux yeux de jeune homme un énorme mur de flamme capable de faire fondre la glace qu'était son esprit en vingt-et-une secondes et trois centièmes. Il posa un pied en dehors de l'ombre du bâtiment. Il imagina la fumée monter de sa semelle, les flammes y apparaître, le soleil brûler sa peau aussi vite que le BipBip pour échapper au vil coyote. Mais le courage grimpant, pour impressionner, il commença à avancer dans cette fournaise.

Il passa sa matinée à traîner à l'ombre des arbres dont il s'occupait si bien. Il alla jeter un coup d’œil à ses plantations, voir comment leurs racines prenaient formes, voir comment la terre insufflait la vie à ces fleurs. Il fit une petite liste sur son cahier fraîchement acheté. Il lui manquait des tulipes...Beaucoup de tulipes. Il n'y avait pas de jaune dans ce jardin. Et c'était la couleur voisine de sa préférée, que dirait son pull s'il ne faisait pas ça pour fêter ses trois ans de vie commune avec celui-ci. Il resta là, à travailler pour le plaisir avec qu'un mirage lui faisait croire qu'il se reposait. Il n'avait fallut qu'un seul et unique maléfique petit insectes viennent lui montrer les trous dans les feuilles pour qu'il retourne chercher ses affaires et s'occuper des arbustes blessés. Il ne se rendit compte de cela qu'une fois délivré par la faim. Il était déjà midi et, alors que sa gorge avalait sans gêne et sans trier les frites et l'hamburger de la cantine, il se rendait compte qu'il avait usé de ses dons de jardinier le jour où il n'avait rien à faire. Ce qui le démoralisa un peu. Il décida donc de fouiller un peu dans le bâtiment. Il ne connaissait pas trop l'intérieur, passant ses journées dehors. Alors il se disait que faire un peu de repérage sur sa zone de travail ne serait pas du luxe. Il pourra donc détendre les outils qu'étaient ses muscles et son cerveau. Mais sur le chemin, il rencontra un pion. Celui-ci tenait par les oreilles deux garnements. Kyle, curieux comme il était, ne put s'empêcher de lancer la question du "pourquoi" à cet homme qui répliqua immédiatement qu'ils avaient été trouvés tout deux dans la même chambre. Mais alors que le jardinier allait reprendre sa route vers les grilles d'or du paradis qu'était ce repos, le surveillant l'arrêta.

Kyle montait les escaliers. La porte du toit semblait être celle des enfers. Qu'est-ce qu'on ne devait pas faire pour éviter les problèmes...Sa main se referma sur la poignée qu'il ouvrit. Le pion voulait qu'il s'occupe de surveiller le toit puisqu'il devait faire l'interrogatoire de ces deux garnements. Le jardinier n'aimait pas ça. Défier les règles, il l'avait fait Ô dieu seul sait combien de fois. Et maintenant, c'était lui de l'autre côté de la ligne ? Pas question. Il ne voulait pas devenir un de ces cafteurs. Il faisait juste ça pour pas sembler impoli. Il ne voulait pas emmener les élèves dans le bureau du proviseur. Quand le soleil pénétra à nouveau ses yeux, il regarda de droite à gauche. Il n'y avait pas grand monde. Juste un groupe de jeune qui fumaient et quelques personnes seuls venues sûrement pour penser...Que ce soit en bien ou en mal. Il tira une clope de sa poche et y mit le feu. Il amena cette bague de poison à ses lèvres et en prit une longue bouffée. Il soupira cette fumée toxique dans le ciel, s'envolant avec le vent. Il sourit et s'adossa au grillage. Quelle...Belle journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Heaven
avatar
Messages : 11
Points : 22
Date d'inscription : 30/07/2014
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Ven 8 Aoû - 21:04

Dans mon lit, j'ouvrais lentement les yeux, bien que les gardant mi-clos. Le peu de lumière qu'il y avait dans ma chambre n'agressait pas forcément mes yeux, mais j'avais comme habitude d'avoir un peu de mal à les ouvrir de bon matin. Je soupirais au bout de cinq bonnes minutes. Je tournais ma tête vers le réveil, il était encore tôt. Au bout d'un quart je décidais de me lever enfin. Il me restait encore une bonne heure avant que je n'aille à Shôri. Je pris mon déjeuner avant d'aller me préparer. Premièrement, mettre mes lentilles rouges, ne pouvant pas supporter la couleur bleue de mes iris. Ensuite, mes vêtements. Il allait sûrement faire chaud aujourd'hui. J'optais pour un pantalon slim un peu court de couleur gris foncé, j'enfilais ensuite un t-shirt à manche mi-longues noirs, ayant un tissu fin, il laisserait passer la fraîcheur. Ensuite je mis tout ce qui était piercings. Après tout cela, je pris le temps de mettre une touche de mascara tout de même et mettre quelques bracelets. Il me restait assez de temps pour fumer une cigarette. Le temps de me mettre à la fenêtre et de regarder ce ciel ensoleillé et d'un bleu qui me faisait horreur.

Il était temps pour moi de sortir enfin. Pour chaussure je mettais des bottines en cuir noir, fermeture éclaire sur le côté et une sangle faisant le tour, pour faire jolie. Je fermais derrière moi la porte de mon appartement, puis ensuite d'aller au lycée. La matinée fut longue et chaude dans la salle de classe, mais c'était supportable, à la longue on s'y faisait. Je prenais le court sans broncher, ne prenant que des notes évidemment. J'avais hâte de pouvoir terminer les cours aujourd'hui, aller savoir pourquoi. Peut-être bien le ciel bleu qui me donnait l'envie de rentrer chez moi le plus vite possible. Enfin. Tantôt regardant l'extérieur, tantôt regardant le tableau, de temps à autre regarder l'horloge, je n'attendais qu'une chose, la sonnerie. Depuis ce matin je trouvais les cours ennuyeux et je n'attendais qu'une chose à l'heure du repas approchant, manger. Mon ventre commença à se tordre de faim quelques minutes avant la sonnerie, elle lorsque celle-ci sonna, j'eus enfin un soupire de soulagement en plus d'avoir mon ventre criant famine. A la cantine, hamburger et frites, ils avaient de quoi nous rassasier ! J'avalais donc tout cela, mangeant avec mes amis. J'étais loin d'être quelqu'un qui prenait du poids facilement, mais ce n'était pas pour autant que des fois je ne devais pas faire attention. Mais bon, il m'arrivait d'en faire envier certaines qui demandaient comment je faisais. Enfin bref, maintenant l'après-midi pouvait commencer.

Traversant les couloirs un moment avant de monter les escaliers pour aller directement au toit. Uniquement pour penser. Il était encore l'heure de la pause et j'avais largement de temps devant moi. Je me posais contre le grillage, tirant au passage une cigarette pour ensuite me la mettre entre les lèvres, mais pour mon plus grand malheur, je n'avais pas de feu... J'avais dû oublier mon briquet chez moi. C'était pas bon pour moi. Je paraissais bien moi maintenant, j'avais envie d'une clope que je ne pouvais fumer... Bon soit, je regarde les personnes sur le toit et observe un peu. Je vois un blond en train de fumer, peut-être qu'il a du feu lui. Je m'approche en remarquant au passage ses yeux bleus. Évidemment... Mais bon, j'avais pas bien le choix. Je me mis en face du gars et lui demanda, gentiment pour éviter d'être désagréable par rapport à la couleur de ses yeux:

- Dites... Vous n'auriez pas du feu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Davidson
avatar
Messages : 50
Points : 63
Date d'inscription : 20/07/2014
Localisation : Je fume, tu vois pas ?
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Sam 9 Aoû - 8:25

Il regardait le soleil taper sur le toit avec toute la rouge qu'il pouvait avoir en sachant qu'il ne lui restait seulement six heures à vivre. Son regard était découpé par le grillage qui bousillait sa vue. Sa main se déposa sur ce métal froid, physique et moral. C'était un peu trop, pour lui, de poser un grillage sur le toit pour empêcher les gens de sauter. A ce point, ça en devenait presque dérangeant. Il n'aimait pas être traité comme un animal. Il exagérait sûrement, mais c'était sa façon de penser. Il la gardait pour lui, se disant juste qu'il ne valait rien face aux hautes têtes du bâtiment. Ce n'était pas son boulot de dire ce qu'il pensait. Il sourit légèrement à cette pensée, lâchant à nouveau une bouffée de cette fumée mortelle qui s'envola tel une feuille de papier devant ses yeux. Il n'avait pas trop à se plaindre cependant. Il avait réussi à se trouver un appartement qu'il se donnait du mal à bien tenir et il avait trouvé un travail qui l'avait éloigné de ses problèmes. En plus, il n'était pas mal payé. Alors où était le problème ? Il ne savait pas trop. Il venait de sortir d'un enfer pour monter directement au paradis. N'était-ce pas un peu forcé comme truc ? Il ne se sentait juste pas à son aise dans cette ville aux beaux costumes et aux belles manières. Il tira une seconde fois sur sa cigarette, celle-ci rougissant en sentant les lèvres du jeune homme avant qu'il ne lâche la fumée qu'elle lui avait cédé. Punaise, qu'est-ce que ça faisait du bien de prendre une pause quand même. Il avait les muscles qui commençaient à faire mal à force. Bon, il aimait son métier alors ça allait, d'autres n'avaient pas cette chance. Mais bon, il ne crachait pas sur une journée comme ça. La journée si rare qu'un trésor au milieu de la mer. La journée où il pouvait glander.

- Dites... Vous n'auriez pas du feu?

Cette voix résonna à ses oreilles. Ses oreilles frémirent comme les feuilles d'un arbre harcelé par un léger vent. Son regard se posa sur celle qui était venu lui parler. Il n'y avait absolument rien, dans ce regard. Ni d'amitié, ni d'hostilité. C'était...Dérangeant. Comme s'il l'analysait. Du feu ? Un éclat enfantin s'alluma dans ses prunelles couleurs du ciel et il éclata d'un rire presque gamin. Cette question était bien inutile. Mais bon, il supposait que c'était une formule de politesse. Elle le voyait fumer, c'est qu'il avait du feu n'est-ce pas ? Il n'allumait pas ses cigarettes avec deux pierres qu'il gardait dans sa poche. Bien qu'il aurait pu s'empêcher de rire, de sembler moqueur, il ne pouvait refouler ses émotions. C'était un coup à se faire du mal pour rien. Il la regarda à nouveau, un léger moment, quelques secondes à peine. Ouais c'était juste quelqu'un qui voulait du feu, pas besoin de commencer à s'exciter pour rien. Il poussa un léger soupire face à cette pensé aux épines pointues. Il tâtonna son serviteur orange qu'il portait. Il fouilla dans ses poches. Il n'avait pas son briquet. Mais où était-il passé, ce con ? Il haussa un sourcil lorsque le bout de son doigt frôla la froideur amicale de son zippo. Il sourit. Lorsque ses mains sortirent de ses poches, il n'avait rien. Doucement, il tendit le bras vers la jeune femme. Lentement, avec l'assurance et l'attention d'une personne qui n veut rien de mal. Il ne voulait pas qu'elle lui pète le bras juste parce qu'il a décidé de lui faire une blague. Sa main ne toucha même pas la peau de son visage. Elle passa juste à côté. Il tira simplement le briquet en question de derrière l'oreille de l'étudiante. A la magie, c'était marrant quand même.

Il alluma le cancer en baguette de la demoiselle aux yeux rouges et aux cheveux blonds.

"Je n'ai pas de feu" Commença-t-il alors que la flamme de son zippo montait lentement sur sa cigarette. "Mais il semblerait que toi oui."

Il étira un léger sourire. Il ne lui restait plus qu'à attendre pour voir si elle avait de l'humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Heaven
avatar
Messages : 11
Points : 22
Date d'inscription : 30/07/2014
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Sam 9 Aoû - 23:20

En face de moi se trouvait un blond aux yeux bleu, derrière lui se trouvait un grillage avec la ville qui se dressait. Le ciel bleu, la couleur bleue des yeux du jeune homme, à croire qu'aujourd'hui la vie se voulait bleu ! Bon, soit, je portais une majorité de couleur foncée là, ce qui faisait quand même contraste avec ma peau, mes yeux et mes cheveux. Mais soit, là n'était pas le problème. Au lieu de regarder ses yeux, dont leur couleur me fait horreur, je regardais ce qu'il portait et d'autres détails sur lui. Il portait majoritairement du orange, une couleur plutôt éclatante. L'orange était une couleur que j'aimais bien tout de même, une couleur chaude comme je les aime. Du jaune mélangé à du rouge. J'observais avec un œil discret ses traits de visage, en tentant de faire abstraction à la couleur de ses yeux, il avait tout de même de quoi être mignon.

Pour éviter de regarder l'homme dans les yeux avec la couleur qui me faisait horreur, je le regardais plus vers d'autres parties du visage. Mes iris rougeâtres se posèrent alors sur son sourire qui me paraissait un peu moqueur. Pourquoi riait-il? Parce que je lui avais demandé gentiment du feu? Bah ouais, je lui avais demandé du feu parce qu'il fumait une clope. Après tout il devait avoir un briquet s'il fumait. Ou alors il en avait pas et en avait demandé lui aussi en fait. Si je le savais j'aurais demandé au groupe de fumeur... Bon, je fais quoi maintenant? Ah, bon déjà il se calme et il commence à fouiller ses poches. Bonne nouvelle !... Ou non. Il ressort ses mains sans un briquet. Il se foutait réellement de moi ou quoi?!

Je pousse un soupire léger, à croire qu'il n'a vraiment pas de feu. S'il n'en avait pas qu'il le dise, au moins je serais fixé! Attend... Il tente de faire quoi là? Il approche sa main de moi, mais pour faire quoi exactement? Il passe à côté de mon visage, avant de passer derrière mon oreille. J'eus un frisson un court instant. Puis il ressortait le briquet tant attendus. Sur l'instant, je devais juste avoir une mine surprise, avant d'étirer doucement mes lèvres pour un sourire amusé. C'était de la magie visiblement. Est-ce qu'il faisait de la magie à ses heures libres? Peut-être bien. En tout cas c'était amusant. Il s'amusait à dire qu'il n'avait pas de feu, mais que moi visiblement oui. Je ris un peu à cela tandis que ma cigarette coincée entre mes lèvres prenait feu et s'allumait donc. J'inspirais une première dose de fumée qui venait de ce bâtonnet de maladie, avant de le prendre entre deux doigts de lever la tête et de recracher la fumée toxique dans l'air. Je souris encore, avant de remettre ma clope au bec et de dire:

- Sympa ton tour de magie. Pendant un court instant j'avais crue que tu te foutais de ma gueule, mais ça va. Tu fais ça sur ton temps libre?

Ouais, je me disais qu'ouvrir une conversation avec ce type pourrait être sympa. En espérant que cela ne parte pas en vrille non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Davidson
avatar
Messages : 50
Points : 63
Date d'inscription : 20/07/2014
Localisation : Je fume, tu vois pas ?
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Dim 10 Aoû - 9:22

- Sympa ton tour de magie. Pendant un court instant j'avais crue que tu te foutais de ma gueule, mais ça va. Tu fais ça sur ton temps libre?

Se foutre de sa gueule ? Il en ricana à nouveau. Il aurait pu. C'était assez amusant de faire tourner quelqu'un en bourrique. Mais pas quelqu'un qu'on ne connait pas. Ce n'était pas vraiment apprécié, que ce soit au Japon ou aux Etats-Unis. Bien que lui et ses amis s'amusaient à rendre les voisins et les membres de l'école complètement fous. Ses avertissements étaient plus nombreux que des fourmis à l'intérieur d'une fourmilière. Mais c'était vraiment le meilleur moyen de faire rire la team des K. Il secoua légèrement la tête. Tout ça, c'était derrière lui. Il avait du mal encore à se détacher de son passé, même s'il était mouvementé, amusant. Il n'avait encore aucune...Relation stable ici. C'est comme s'il était seul au milieu de la foule qui se connaissait tous. C'était un sentiment qui aurait fait vibrer la plus solide des parois. Sauf que lui, il s'en fichait de ces piqûres que son cœur essayait de lui envoyer. Les fleurs et les arbres seraient de bien meilleurs confident que quiconque. Eux, ils savaient garder un secret. Bah, ça servait à rien de continuer à penser ça. Il allait plutôt essayer de se dire que tout pouvait arriver. Et que si rien n'arrive, ce n'est pas lui que ça dérangera. Il sourit légèrement et déposa son regard sur la jeune femme qui avait entamé sa clope. Kyle préféra ranger son briquet avant de répondre à sa question. Mais quelque chose le dérangeait quand même. C'était que depuis tout à l'heure, il lui semblait qu'elle évitait son regard comme si elle fuyait son bourreau. Avait-il un truc dans l'oeil ? Ses yeux étaient-ils si beau qu'elle n'arrivait pas à soutenir un regard sans perdre connaissance ? Ou au contraire étaient-ils si moche qu'elle n'arrivait pas à s'empêcher de vomir ? La seconde option le dérangeait un peu. On avait toujours dit qu'il avait de beaux yeux. Mais bon, tout le monde n'était pas toujours d'accord.

Lui, il n'avait pas peur de plonger ses prunelles couleur du ciel dans les yeux rouges de la jeune femme. Ouais, c'était pas une couleur qui courait les rues. Et il y avait deux solutions qui vinrent à l'esprit du jardinier. Soit elle avait des lentilles, soit elle était un démon et cette solution était on ne peut plus grave. Mais impossible. Donc ouais, c'étaient des lentilles qui donnaient cette couleur hypnotique à son regard. Ouais, ça l'embêtait beaucoup. C'était comme un cadeau bien emballé qu'il ne pouvait ouvrir que le lendemain. Il était content car c'était assez rare de trouver un paquet aussi gros sous l'arbre, mais il ne savait toujours pas ce qu'il y avait derrière l'emballage. Là c'était pareil. Il se demandait ce qu'il y avait, derrière cette barrière rouge, pour qu'elle désire tant les cacher. Ah moins qu'elle aime simplement faire semblant d'être un vampire. Il aurait bien le temps de lui poser la question. Mais dès qu'il fit abstraction de ce regard qui donnait l'impression de le harceler de questions, ce fut la taille de l'adolescente qui le choqua. Elle était aussi grande que lui, voir plus. Ca changeait. Souvent, les filles étaient petites. Il pouvait les regarder en se baissant. Là, tout ce qu'il arriverait à faire c'est lui donner un coup de boule. Mais sinon, elle ne semblait pas sortir de l'ordinaire plus que ça. Il sourit légèrement. Bah, c'était assez original comme physique.

"J'aurais fais ça sur mon temps libre, si j'en avais. Les tours que je connais datent du collège."

Il sourit. Il fallait bien passer le temps pendant que le prof de mathématique discutait au téléphone pour prendre des nouvelles de son fils en overdose ou pendant que le prof d'SVT se piquait avec les substances du bahut. Et puis ça faisait marrer Lucie, donc autant s'améliorer. Mais dès le lycée pro, il avait arrêté. Il aimait la magie, mais le boulot et les problèmes familiaux prenaient souvent le dessus. Ca lui faisait plaisir que quelqu'un "s'émerveille" encore devant ces petits tours, mais à son âge. Ca lui montrait qu'il restait un peu d'innocence dans l'âme humaine. Ca lui chuchotait doucement à l'oreille que personne n'était capable du pire. Mais c'était ses affaires ça. Il préféra continuer de discuter avec la fumeuse venu lui demander du feu.

"Si j'avais voulu me foutre de ta gueule, j'aurais juste fait ça."

Puis il lui mit une légère tape contre le coin de la tête. Il s'attendait à n'importe quel réaction. De la plus mignonne à la plus violente. Tant que ça l'amusait, il ne voyait aucun mal à faire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Heaven
avatar
Messages : 11
Points : 22
Date d'inscription : 30/07/2014
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Lun 11 Aoû - 16:16

Je le regardais ranger son briquet, sans rien dire de plus, il avait l'air un peu ailleurs tout de même. Je le regardais tout de même dans ses yeux dont la couleur me faisait horreur. Il semblait hypnotisé par mes iris rouges vu qu'il regardait mes yeux, du moins je le pense. Il est vrai que mes lentilles rendaient assez hypnotique des gens d'après ce que j'ai entendu de ceux qui me connaissaient. La couleur rouge des yeux ça ne court pas les rues il faut l'avouer, mais moi j'aimais ça. Si vous n'êtes pas albinos et que vous avez des yeux commun à tout le monde, les couleurs qui reviendront le plus son bien le noir, le marron, le vert, le gris et bien sûr le gris -les trois dernières étant tout de même un peu plus rare-. Au moins, mes yeux offraient une différence par rapport aux autres, enfin grâce aux lentilles, sinon je serais un peu comme tout le monde. Après, ce n'est pas tout le monde qui choisirait de porter des lentilles rouges.

Il avait l'air ensuite d'observer ma taille. Ah oui, mon mètre soixante-quinze. C'est vrai que je suis grande comparé à pas mal de fille ici. Cela pouvait avoir quelque chose d'étonnant d'avoir la même taille voir d'être plus grands que des garçons japonais c'est vrai. Cela avait quelque chose d'amusant. Enfin, après si l'on retire les piercings et mes lentilles je suis normale. Mais après je préfère être dans l'originalité, ça me démarquait des autres personnes. Je finis par regarder ailleurs que ses yeux que je n'aimais pas. Une trentaine de seconde. C'est le temps que je laissais pour regarder quelqu'un dans les yeux avec la couleur bleuté de l'iris. Il finit enfin par répondre à ma question et je compris bien vite, je souris en prenant au passage une bouffée toxique, puis il rajoutait que s'il s'était foutus de ma gueule, il aurait cela en faisant le geste de me taper dans le coin de la tête. Je vois le genre, il aurait très bien pu me faire tourner en bourrique s'il le voulait. Mais bon, en même temps on ne se connaissait pas, alors quel aurait été l'intérêt? Il n'en aurait sûrement pas. Sur ce point je replaçais une mèche blonde derrière mon oreille percée et de remettre en place un peu mes cheveux devant mon front. J'avais oublié de mettre mes barrettes ce matin, du coup j'avais quand même quelques mèches de cheveux devant mes yeux. Je décidais ensuite de dire:

- Je vois, intéressant à savoir. Au passage je ne connais pas ton nom, moi c'est Ashley Heaven

Bien sûr, il était peut-être temps qu'on fasse un peu connaissance, après tout il se pourrait que l'on se revoit un jour et qu'on se reparle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Davidson
avatar
Messages : 50
Points : 63
Date d'inscription : 20/07/2014
Localisation : Je fume, tu vois pas ?
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   Mar 12 Aoû - 17:54

- Je vois, intéressant à savoir. Au passage je ne connais pas ton nom, moi c'est Ashley Heaven

Au moment même où elle annonça son prénom, les oreilles du jeune homme frémirent de délice, comme si une femme avait passé sa douce main sur celles-ci pour le charmer et l'amadouer. Ashley ? Ce prénom n'était pas Japonais. Et c'est comme si la mélancolie était venue spécialement refermer ses griffes autours de lui pour l'empêcher d'oublier son pays et sa banlieue même sur cette île qu'il avait découvert pour le travail. Il se sentait un peu...Embêté sur le coup. Il devait s'en assurer avant de faire quoique ce soit d'autre. Il allait lui poser la question. Il voulait savoir si elle venait de ce même empire économique que lui. Oh, pour lui ce n'était pas le meilleur des endroits. Absolument pas. Il n'était pas du genre patriote au point de vouloir faire la guerre avec celui qui a envoyé sa pique sur son pays natale. Mais comme si une tornade portait le toit de la maison de son cœur, il ne pouvait empêcher son esprit de voguer vers ce continent. Vers cette ville qui l'a vu grandir. Mais ce n'était pas cela qui le gênait un peu. C'est que cette nostalgie qui le tenait accroché par des chaînes serrées était son point faible. Et si elle venait bien du même endroit que lui, il risquait de s'attacher rapidement à cette demoiselle aux yeux de feux et à la chevelure rayonnante comme le soleil. Il était loin d'être insociable. Au contraire, les fêtes avec les potes c'était son truc. Cependant, il était le jardinier du bahut. Il ne se voyait pas traîner avec des gens qu'ils le regarderaient de haut. De plus, il ne voulait pas courir après une lumière qui le fuyait. Si elle ne voulait pas devenir son amie, il n'allait pas lui en vouloir. Il poussa un léger soupire.

Mince. Son poison de papier venait de brûler jusqu'aux racines. Il retira la cigarette de ses lèvres devenue accro à ce cancer à dix euros et le jeta à travers la grilles du toit. Il regarda sa chute mortelle jusqu'à ce que ce corps fumant finisse part disparaître de sa vue limité qu'était celle des êtres humains. Il ferma les yeux légèrement. Puis finalement, son sourire vint illuminer l'horizon qui lui offrait un sourire ensoleillé. Il se retourna, faisant face à cette Ashley qui, de son opinion, semblait bien étrange. Pas étrange comme des yeux rouges perçant les ténèbres d'une chambre vide. Mais étrange comme un chou rouge au milieu d'un champ de chou vert. Comme le roi borgne sur un plateau d'échec. Cette pensée emplit son visage de la joie qui lui manquait pour sembler être le garçon le plus heureux. Il s'empressa donc de se présenter.

"Je suis Kyle Davidson, le jardinier ! Ouais, j'en ai pas la gueule." Il sauta du coq à l'âne comme il en avait l'habitude. "Mais dis, tu n'es pas d'ici n'est-ce pas ?"

Il était sûr à cent pour cent qu'elle venait de là. Son nom semblait lui hurler qu'il avait raison. Et ses souvenirs remontant la cascade qu'était son cœur donnaient l'impression de le pousser. L'atmosphère commençait à se détendre. Ses épaules lâchèrent un peu du lest qui les faisait tomber en l'air. Ses muscles prirent leur RTT de quelques minutes. Ils en avaient bien besoin d'ailleurs. Une bonne odeur monta dans l'air. Sa joues prirent lentement des rougeurs douces. Ses mains se cachèrent dans ses poches. Son dos quitta le doux couvert de la grille. Ses pieds le fit lentement s'approcher. Il avait la démarche du séducteur. Lentement, délicate, mais tellement sûr d'elle. Il semblait partit pour décrocher l'amour de n'importe quelle fille. Il donnait l'impression d'avoir perdu tout son côté torturé. Torturé par son passé, par son orientation, par son corps. Il était devenu maître de la situation. Bientôt, il fut presque collé à la jeune femme. Son souffle avait accéléré. Ses pupilles angéliques s'étaient légèrement dilatées. Il aurait pu se dresser sur toute sa taille pour paraître encore plus romantique envers l'adolescente si celle-ci ne faisait pas presque la même taille. A cause de cela, il semblait la regarder.

Sans prévenir, il passa à côté d'elle. Il ne la bouscula pas. Il la doubla. Coupant la discussion. Il semblait avoir vu l'âme sœur, dans sa grande robe rose. Mais celle-ci avait sortit sa jupe brune et son haut rouge à le faire baver jusqu'aux chaussures. Son odeur semblait harceler ses narines pour le charmer. Elle refermait ses griffes sur lui comme une femme fatale. Ce délice féminin semblait avoir le contrôle total sur son corps peint d'orange et de jaune. Mais cette déesse sucrée était déjà aux mains de quelqu'un. Deux adolescents venaient de rejoindre le toit pour déjeuner une magnifique tarte aux fraises. Sans se soucier des problèmes qu'il risquait, il plaça ses doigts sous le carton qui soutenait le trésor nappé et commença à courir dans tout les sens poursuivit par les propriétaires de ce délice incarné. Il devait faire bien devant Ashley. Mais bon, devait une telle créature, aussi délicieuse à regarder qu'à manger, il ne pouvait pas se tenir. Allait-elle le supporter ou le laisser dans ses problèmes de vol ? Bah, dans tout les cas il avait un porte-monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le regard rivé sur l'horizon [Pv Ashley Heaven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "
» Une silhouette dans l'horizon
» L'HORIZON - n'a pas son pareil ...
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Shôri :: Lycée Shôri :: Extérieur :: Toit-